• Haïti - Justice : L’OPC accuse le Porte-Parole de la PNH de déclarations mensongères

    Haïti - Justice : L’OPC accuse le Porte-Parole de la PNH de déclarations mensongèresL’Office de la Protection du Citoyen dénonce et condamne « les agissements barbares » des agents de la Direction Centrale de la Police Judiciaire à l'Hôtel Révélation (Delmas 35) dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15...

    Dans une note datée du 18 octobre, l’Office de la Protection du Citoyen (OPC), dénonce et condamne « les agissements barbares » des agents de la Direction Centrale de la Police Judiciaire à l'Hôtel Révélation (Delmas 35) dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 octobre.

    Expliquant « Entrés par effraction dans l'enceinte de l'hôtel sous prétexte qu'ils étaient à la recherche d'un chef de gang, les policiers ont terrorisé pendant des heures les employés, menotté injustement les agents de sécurité de l'hôtel et tué Jean Rosner Glezil, un agent de la Police Nationale d’Haïti (PNH) affecté à l'Unité de Sécurité Générale du Palais National qui se trouvait dans une chambre de l'hôtel avec sa compagne [...] Bien qu'il se soit identifié il a été abattu par ses frères d'armes qui sont partis avec le serveur du système de surveillance de l'hôtel pour éliminer toutes preuves […] »

    « L’OPC condamne les explications mensongères du Commissaire Michel-Ange Louis Jeune, Porte-Parole de la Police nationale, faisant croire que le policier Jean Rosner Glezil ne s’était pas identifié » ce qui sous-entend que les policiers étaient en état de légitime défense. « […] et exprime son inquiétude et sa vive préoccupation face au comportement des responsables du Haut commandement de l'institution policière qui banalisent le droit à la vie et encouragent par leur inaction et le refus de sanctionner, les exactions des membres de la PNH »

    L’OPC s’interroge « Que peuvent espérer de simples citoyens et citoyennes en matière de sécurité et de protection quand le Haut commandement à travers son Porte-Parole minimise une exécution sommaire commise sur l'un de ses membres ? » et rappelle au Haut Commandement de la PNH qu'il a « l’obligation juridique de sanctionner ses membres, responsables de violations de droits humains. Sinon, ils seront tenus pour responsables de ces exactions et exposés à des éventuelles poursuites pénales. »

    « Tennis : 3ème visite au pays de la japonaise Naomi Osaka d’origine haïtienneHaïti - Économie : «Nous voulons de vrais banquiers en Haïti» dixit Eddy Labossièr »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :